Comment détecter et prendre en charge la dyspraxie chez l'enfant ?

Comment détecter et prendre en charge la dyspraxie chez l’enfant ?

Avez-vous déjà entendu parler de la dyspraxie ? Il s’agit d’un trouble du développement qui touche majoritairement les enfants. Comment détecter cette maladie ? Que faire en cas de dyspraxie chez un enfant ? On vous dit tout dans cet article.

La dyspraxie : c’est quoi ?

La dyspraxie est un trouble d’apprentissage de gestes qui touche généralement les enfants en bas âge, surtout les garçons. Selon les statistiques, une fille est touchée sur 3 à 5 garçons. Ce trouble est notamment causé par le dysfonctionnement du zone cérébral (moteur), ce qui empêche l’individu concerné d’effectuer certains gestes, de s’orienter et de percevoir les objets. Néanmoins, il existe aussi d’autres facteurs favorisant la dyspraxie : la transmission héréditaire, la naissance prématurée, la tumeur cérébrale, le trouble lésionnel, un accident et bien d’autres encore.

Pour savoir si un enfant est atteint de dyspraxie, voici les signes les plus récurrents :

– L’enfant se plaint souvent ;

– Il a des difficultés à comprendre des idées, à lire et à écrire ;

– Il se désintéresse des dessins et de certains jeux faits pour les petits ;

– Il n’arrive pas à s’orienter ;

– Il a du mal à effectuer des gestes au quotidien comme se coiffer et s’habiller.

Notez que les symptômes varient d’un enfant à un autre. Pour certains enfants, ils sont moins accentués.

Les différents types de dyspraxie

En général, il existe 4 types de dyspraxie, à savoir :

La dyspraxie verbale

Dans ce cas, les enfants concernés n’arrivent pas à parler correctement (mauvaise articulation).

La dyspraxie visuo-spatiale

Elle concerne surtout le trouble d’orientation et de la vision de l’enfant. Ce dernier n’arrive pas à distinguer la droite de la gauche.

La dyspraxie idéatoire

Un enfant est atteint de la dyspraxie idéatoire s’il a des difficultés à manipuler des objets comme une brosse à dent et un peigne.

La dyspraxie constructive

Les enfants touchés par la dyspraxie constructive ont du mal à assembler des objets : jeu de construction, jeu de société.

La prise en charge d’un enfant dyspraxique

Sachez qu’il n’existe aucun traitement spécifique pour soigner la dyspraxie. Toutefois, les parents peuvent aider leurs enfants à pallier les difficultés en adoptant des stratégies. Avant cela, il convient de réaliser un bilan avec un pédiatre, un neurologue, un psychomotricien, un ophtalmologue ou un psychologue. Cela est nécessaire pour savoir le niveau de difficulté de l’enfant, les troubles associés et les stratégies à adopter pour mieux l’aider.

Selon le bilan effectué, le professionnel de santé peut recommander l’un ou plusieurs des soins suivants :

– Des exercices de psychomotricité

Ils sont utiles pour apprendre à un enfant pas à pas comment effectuer certains gestes et mouvements : marcher, ouvrir une boîte, prendre une brosse à dents et autres.

– L’ergothérapie

Elle consiste surtout à rééduquer les gestes de l’enfant via des activités physiques afin que celui-ci puisse être autonome ;

– L’orthoptie

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un exercice d’amélioration du trouble de la vision.

– L’orthophonie

L’orthophonie permet de rééduquer la voix de l’enfant face à ses difficultés à parler et à énoncer des idées.

– Le soutien psychologique :

Pour les parents qui ont des enfants atteints de dyspraxie, le soutien moral est important. En effet, le trouble peut être accentué dans le cas où le concerné serait souvent anxieux, stressé ou dans une phase de dépression. Pour aider les parents, de nombreux psychologues et pédopsychiatres proposent un suivi. Ce dernier se base notamment sur une évaluation des troubles psycho-affectifs de l’enfant. En fonction du résultat, il proposera des soins adaptés qui permettront au petit patient d’avoir confiance en lui et en ses capacités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.