Enfant qui bégaie : comment l'aider ?

Enfant qui bégaie : comment l’aider ?

Le bégaiement est un trouble de l’élocution. Il se manifeste par une répétition ou une hésitation fréquente dans les paroles. Une personne qui bégaie est appelée « bègue ». Deux cas peuvent être possibles : il peut être héréditaire, mais peut aussi être acquis, soit le bégaiement développemental transitoire. Le premier cas est plus connu sous le nom de « bégaiement développemental persistant ». Chez l’enfant, il apparaît dès son plus jeune âge par des difficultés dans ses phrases, allongement des mots ou par des pauses fréquentes telles que « je je veux du du chocolat » ou « jjjjje vvvveux ddddu chochocolat ». Le bégaiement peut persister en grandissant. On constate que près de 5% des enfants dans le monde est concerné par ce trouble dès l’âge de 2 ans. Mais seulement 1% de ces cas subsiste jusqu’à l’âge adulte.

Quelles en sont les causes ?

Le bégaiement apparaît lorsque l’enfant apprend à parler pour la première fois. Toutefois, il est naturel d’entendre un enfant bégayer dans ses premiers mots. Mais il ne faut jamais négliger les premiers symptômes, car ils peuvent persister. Pour l’instant, on ne connaît pas encore les vraies causes chez l’enfant. Par contre, des facteurs psychologiques telles la fatigue, le stress ou l’anxiété peuvent le susciter chez l’adulte. Dans la majorité des cas de bégaiements enfantins, il est héréditaire : les parents, un ou plusieurs membres de sa famille bégayent. Mais il n’est pas totalement prouvé que l’hérédité en soit la cause exacte. Par ailleurs, le bégaiement chez l’enfant peut s’intensifier à cause d’une agitation émotionnelle. Souvent, des facteurs physiques tels la malformation des appareils phonatoires ou antécédents auditifs amplifient aussi le bégaiement. En outre, il peut se manifester à cause des facteurs sociaux à savoir la maltraitance infantile. Fragile comme il l’est, un enfant ne peut supporter toutes formes de violences (physique ou psychologique). Cela peut nuire à sa santé mentale et déclencher un phénomène de bégaiement.

Comment vit-il ce handicap ? Étant humain, l’enfant ressent de la honte face à ses amis. Il se sent différent et seul. À cause de cette situation, il vit une enfance difficile. Les autres enfants se moquent de lui. Quant à lui, il essaye de se cacher en restant silencieux et la solitude devient son seul ami. Son trouble lui cause de la frustration et de la culpabilité de ne pas pouvoir jouer et grandir comme tout enfant normal. Forcément, il perd confiance en lui. Cela pourrait le traumatiser toute sa vie.

Comment lui parler ?

Le bégaiement est tout à fait naturel. On ne naît pas étant parfait, chacun ses petits défauts. C’est plutôt à nous de nous adapter à son monde. Le bègue mérite une communication normale comme tout le monde. Il ne faut jamais lui dire ou lui rappeler qu’il bégaye. Dans ce sens, vous pouvez faire une discussion favorable à son handicap. Comment ? En lui parlant lentement sans évoquer le fait qu’il le fait aussi. Choisissez des mots simples et faites des pauses dans vos phrases pour qu’il comprenne. Comme il s’agit d’un trouble psychologique, vous pourrez perdre patience ; ne criez pas, ne terminez pas ses phrases et faites preuve d’attention. Vous pouvez aussi passer plus de temps ensemble pour lui éviter la solitude. Faites-lui oublier son défaut et valorisez ses qualités. Offrez-lui un environnement sain autant que vous pouvez, afin qu’il grandisse normalement. Pour terminer, prévenez votre entourage à en faire de même quand ils lui parleront.

Soignons son petit défaut !

Comme mentionné plus haut, le bégaiement peut être seulement une phase, mais peut aussi persister. Pour le savoir, consultez un orthophoniste dès les premiers symptômes, soit avant ses 6 ans. Il n’existe aucun médicament ni chirurgie pouvant soigner le bégaiement. Par contre, les traitements sont considérables dans la mesure où il persiste. L’orthophoniste est spécialisé dans ce domaine, mais une présence familiale lui sera encore plus d’une grande aide. Dans la plupart des cas, les parents permettent très vite la guérison. Pour ce faire, établissez votre petit programme quotidien : une lecture de 15 à 30 minutes, des exercices oraux, des chants, etc. En outre, vous pouvez utiliser les appareils tels les tablettes. En même temps, l’expert complétera ces exercices lors des séances. Il offrira des méthodes plus adaptées, à savoir les activités respiratoires et communicatives. Ensemble, il va falloir lui offrir toute l’aide ainsi que l’amour dont il aura besoin afin d’éliminer le bégaiement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.