Droits-femme

Les droits de la femme : une semi-victoire

L’Homme a toujours été un grand penseur. D’ailleurs, c’est cette caractéristique qui nous différencie des animaux. Les droits de l’homme sont un exemple concret de notre prise de conscience sur nous-mêmes et nos droits. Également nommés droit à la personne, les droits de l’homme sont un texte juridique, politique et philosophique qui offre à chaque être humain, la possibilité de revendiquer des droits indissociables à sa personne, sans regard sur sa race, son ethnie ou encore sa croyance. De là, est née une autre spécificité : les droits de la femme.

 

Généralité

Inhérente à la déclaration universelle des droits de l’homme, celle de la femme est une partie spécialement dédiée à la gent féminine. Ce sont des droits revendiqués par toutes les femmes et jeunes filles au monde et qui devraient – normalement – être scrupuleusement suivis.

Par ailleurs, ces droits ont trouvé le jour après les nombreuses manifestations féministes en faveur de la femme qui se sont produites depuis le début du XXe siècle. Le but reste le même : l’égalité pour tous.

Cependant, si de nombreux gouvernements européens l’ont ajouté à leurs textes de loi, les coutumes rendent difficile cette mise en place, surtout dans les pays africains, les pays arabes et notamment l’Inde.

Bien entendu, de nombreux organismes régionaux féministes, ainsi que des avocates spécialisées dans le droit de la personne comme maître TILLY KARINE, soutiennent les femmes dans ces pays et luttent chaque jour pour le respect de leurs droits.

 

Les droits fondamentaux de la femme

Voici les 5 droits fondamentaux des femmes :

  • Les droits naturels

Ces droits dénoncent l’esclavage physique ou moral des femmes dans la société. Considérées comme n’étant ni « rationnelles » pour prendre des décisions de leur propre initiative, ni ayant assez de « bon sens » pour le faire, les femmes sont presque devenues des objets décoratifs. Ce sont par exemple ces droits de la personne que les avocats plaident lorsqu’un cas de mariage infantile est porté devant la justice ou qu’un jeune couple se forme après un mariage arrangé par les parents.

  • Le droit au travail

Il concerne directement l’accès des femmes aux différents postes hiérarchiques et l’égalité de la rémunération. En effet, même à notre époque, certaines compagnies dites « masculinistes » n’embauchent ni les femmes ni les travailleurs handicapés par philosophie. De plus, dans les rares cas où une femme y accède, sa rémunération est 3 fois moindre que celle d’un homme exerçant le même travail et détenant les mêmes diplômes.

 

  • Le droit à un revenu égal

Comme mentionné précédemment, l’écart salarial entre les hommes et les femmes employés dans une même entreprise est encore large. Les raisons à cet écart sont nombreuses, mais la majorité du temps, il est dû à la culture et aux coutumes.

 

  • Le droit de vote

Ce n’est qu’au début du XIX ème siècle que les femmes commencent à exiger le droit de vote pour s’y représenter elle-même. Effectivement, certaines femmes ne pouvaient voter, car jugées inaptes à cette tâche. Ainsi, c’était donc de la responsabilité du mari de le faire. Heureusement, cet état de fait a changé depuis, et de plus en plus de pays respectent à la lettre le droit de vote des femmes.

 

  • Le droit à la liberté de mouvement

C’est un droit essentiel, mais qui pourtant est celui qui est le plus bafoué. Le droit des femmes à la liberté de mouvement rencontre surtout de la résistance dans les pays arabes, musulmans ou encore indiens où la religion est reine. Ce manque de liberté peut se manifester sous plusieurs formes dont le fait de ne pas pouvoir se promener seule ou encore de se couvrir le corps dans les lieux publics.

Malheureusement, les rares femmes qui se sont rebellées, se sont retrouvées dans de mauvaises postures : des simples conflits familiaux à la décapitation publique.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.